• 03 AOÛT 19
    Un appareil auditif semi-implantable : une première à l’espace Messidor

    Un appareil auditif semi-implantable : une première à l’espace Messidor

    Un individu atteint d’une surdité légère à sévère ne peut pas entendre certains sons en fonction de leur intensité et de leur fréquence. Dans ces cas, la plupart des individus peut utiliser des aides auditives. Cependant, si des infections chroniques du conduit auditif, des allergies ou une sténose du conduit existent, les appareils auditifs classiques ne sont pas toujours une solution adaptée.

    Les implants d’oreille moyenne sont une solution possible pour les surdités neurosensorielles ou mixtes légères à sévères. Ils stimulent directement les structures de l’oreille moyenne proches de la cochlée, imitant les vibrations mécaniques naturelles qui stimulent la cochlée lorsque l’audition est normale. Parce que les implants d’oreille moyenne laissent le conduit auditif libre, ils sont adaptés pour les patients dont la surdité neurosensorielle est associée à une pathologie médicale, comme les otites externes chroniques qui empêchent l’utilisation d’aides auditives conventionnelles.

    L’audio processeur externe (appareil auditif) détecte les sons et les transforme en stimulations électriques. Ces impulsions sont transmises à travers la peau à l’oreille moyenne via l’implant où elles sont converties en vibrations mécaniques qui stimulent la cochlée. L’implant est placé dans une encoche au niveau de la mastoïde et transmet le message électrique à un petit dispositif vibratoire (couleur or) qui est clippé à l’osselet. L’appareil auditif est déposé sur l’implant et maintenu par un aimant qui agit à travers la peau. L’appareil auditif est rechargé chaque jour. Et peut être remplacé tous les 5 ans pour profiter des évolutions technologiques. La partie implantée ne doit bien sûr pas être changée.

    Indications

    • Surdité neurosensorielle légère à sévère, avec des seuils en conduction aérienne stables n’excédant pas 80 dB (moyenne des 1-2-4 KHz).
    • Surdité mixte ou de transmission, avec des seuils en conduction osseuse stables n’excédant pas 60 dB (moyenne des 1-2-4 KHz).
    • Age: 5 ans et plus.
    • Absence d’infection de l’oreille moyenne.
    • L’anatomie de l’oreille permet de placer l’implant sur une structure vibratoire adaptée.

    Chirurgie
    Incision rétro-auriculaire. Mastoïdectomie. Placement de l’implant dans une petite encoche fraisée dans l’os mastoïdien. A travers la mastoïde, le dispositif vibratoire (bobine or) est clippé sur un osselet (enclume ou étrier). En cas d’absence d’osselet, c’est effectué sur la membrane de la fenêtre ronde.

    Cas clinique
    Notre patiente est une femme de 54 ans qui avait été opérée plusieurs fois pour cholestéatome par technique ouverte. Il s’agit d’une ouverture de la mastoïde dans le conduit auditif en abaissant le mur postérieur du conduit osseux. Elle n’avait plus que l’étrier et les tentatives de reconstruction ossiculaires avaient échoué. Il faut dire qu’avec une technique ouverte les reconstructions auditives sont plus difficiles. C’est la raison pour laquelle actuellement, nous essayons d’éviter de telles techniques et nous y arrivons, notamment dans les nettoyages des cholestéatomes grâce aux optiques qui permettent de compléter le geste réalisé sous microscope. Elle portait un appareillage classique qui ne permettait pas une amplification suffisante et qui entrainait des infections à répétitions par manque de ventilation de la cavité mastoïdienne. Le placement de la prothèse permet de laisser le méat auditif ouvert, évitant ainsi les infections. L’implant se situe au quelques cm en arrière du pavillon au milieu des cheveux. Le placement de l’appareil auditif par aimantation est ainsi invisible.

    Dr Patrick Levie, chef du service ORL, Ste-Anne St-Remi –consultant Delta

    Share
Share